Siemens Ausbildung


 

 
 

 

La guerre contre l'occident

La nouvelle étape dans la stratégie des islamistes extrémistes

Au début de ce siècle nouveau, les extrémistes islamistes semblent déterminés à intensifier et élargir leurs opérations terroristes contre l'Amérique et l'occident en général. Plusieurs facteurs les aident à s'engager dans cette voie: la présence de l'armée américaine dans les "lieux saints", considérée comme une offense aux musulmans, les événements tragiques dans les territoires occupés et le désespoir du peuple palestinien.

De Hassouna Mosbahi

Le dernier chapitre du livre "Le choc des civilisations" de Samuel Huntington, ancien conseiller du Président Jimmy Carter, aujourd'hui professseur à Harvard, paraît très conforme au scenario d'un film d'horreur hollywoodien. En effet, le penseur américain imagine que les islamistes extrémistes réussissent à acquérir l'arme nucléaire et lancent un missile contre une ville occidentale qui n'est autre que Marseille. La puissance ainsi visée répond elle aussi par le feu nucléaire contre le pays d'où l'attaque a été perpetrée. Ainsi commence la troisième guerre mondiale, aux alentours de l'année 2010.
La frappe terroriste du 11 septembre 2001, à New York et à Washington, paraît semblable à ce qu'a déjà prévu et imaginé Huntington dans son chapitre de politique fiction, avec deux différences: la première est que la ville attaquée n'est pas Marseille, mais New York, le symbole de la civilisation américaine et occidentale et le Pentagone, le cerveau de cet appareil militaire gigantesque outre-atlantique qui jusque-là paraissait invincible et intouchable. La deuxième différence est que l´arme utilisée n´est pas un missile mais un avion suicide.
Relire ce chapitre en ces jours où la riposte militaire des Etats-Unis à l'attaque terroriste du 11 septembre semble sûre et imminente, me paraît très instructif à plusieurs niveaux. D'abord parce qu'il nous confirme que les islamistes extrémistes peuvent devenir une menace réelle non pas seulement contre l'occident, mais contre le monde entier. Cela n'excluera donc pas qu'ils arrivent un jour à entraîner l´Humanité entière dans une longue guerre destructive et meurtrière. Le deuxiéme élément instructif qu'on peut déduire de cette lecture est que les extrémistes ont par cette opération spectaculaire, montré au monde qu'ils ont franchi une nouvelle étape dans leur Jihad. Vers la fin des années 70, et au début des années 80, encore en formation, et donc manquant de moyens, ils avaient choisi que leurs actions se limitent aux pays où ils vivent. Leur but était de former sur la base des principes "purs et durs" de l'islam des cadres révolutionnaires dans les mosquées, les quartiers déshérités, ainsi que dans l´armée et la police. La seule opération de grande envergure qu'ils avaient accomplie était l'assassinat du président Sadate, "le grand traître" comme ils l'appellaient. Mais c´était avec la complicité des soldats de l'armée ègyptienne qu´ils avaient pu réussir leur coup. La guerre indirecte menée par les Etats-Unis et ses alliés arabo-musulmans, surtout l'Arabie Saoudite et le Pakistan contre la présence de l'Armée Rouge en Afghanistan était pour les extrémistes une occasion en or pour s'aguerrir et se doter d´une formation militaire solide et efficace et ce avec l'aide des instructeurs américains et des agents de la CIA. Cela allait bientôt les rendre plus offensifs donc plus menaçants et plus dangereux.
Avec la guerre du Golfe survenue peu après l'effondrement du bloc communiste, les islamistes extrémistes changent de cible. Maintenant, ce n'est pas le communisme athée, représenté par l'Union Soviétique qui est leur ennemi principal mais l'Amérique, symbole de cet occident "décadent et immoral", ainsi que ses alliés et ses "valets" (comme ils préfèrent dire) dans la région. Revenus de l'Afghanistan, leurs théoriciens, ainsi que leurs chefs militaires formés à l'école américaine la plus sophistiquée avaient commencé à préparer dans l'ombre des offensives pour s'emparer du pouvoir dans différents pays arabes et musulmans. Leurscibles idéales étaient l'Égypte et l'Algérie, deux pays considérés comme les plus importants et les plus puissants dans le monde arabe. Le résultat de leurs offensives se chiffrent par des milliers de morts dans les deux pays. Et même s'ils ont subi de nombreux revers, ils restent jusqu´à aujourd´hui accrochés à cet idéal: édifier une république islamique en Algérie et en Egypte. Après l'écrasante victoire remportée par les États-Unis et ses alliés arabes et occidentaux contre l´armée de Saddam Hussein, les opérations terroristes avaient pris de l´ampleur, s'étendant à l'Europe et aux États-Unis. A partir de ce moment-là, les morts victimes des attentats suicides allaient se compter par dizaines, sinon par centaines.
Au début de ce siècle nouveau, les extrémistes islamistes semblent déterminés à intensifier et élargir leurs opérations terroristes contre l´Amérique et l´occident en général. Plusieurs facteurs les aident à s'engager dans cette voie. D'abord la présence de l'armée américaine dans les "lieux saints", considérée comme une offense à l'islam et aux musulmans. Le deuxième facteur sont les événements tragiques dans les territoires occupés et le désespoir du peuple palestinien. S'ajoutent à cela les nombreuses et difficiles crises qui rongent plusieurs pays arabes et musulmans et l'incapacité des régimes mis en place à les résorber et donc à satisfaire les besoin des masses et leur désir d´une vie meilleure.
Mais le facteur principal est la politique américaine envers les Palestinien, les arabes et le monde musulman au général. Une politique fondée sur une alliance quasi-sainte avec l'ètat d'Israel, et un mépris presque total envers les droits fondamentaux du peuple palestinien. En face du monde arabe et musulman, les États Unis semblent toujours opter pour le profit économique et la sauvegarde de ses interêts vitaux plutôt qu'aider d'autres à avoir leurs place au soleil. D'où cette haine féroce que ressentent de nombreux arabes et musulmans envers les États Unis et qui, exploitée par les islamistes extrémistes, risque d'aviver de plus en plus les tension, et peut-être sera-t-elle un jour l'étincelle d'un conflit réel entre l'occident et l'islam comme l'avait déjà prévu Samuel Huntington.

18. September 2001

Leserbrief



 Haben Sie schon  unseren  kostenlosen  Newsletter  abonniert?